Six petites minutes, Luc Pire (2017)
six petites minutes
Afghanistan, 4h07 : une mère se lève pour allaiter son petit garçon.
Afrique du Sud, 4h13 : un homme remue de la terre puis il lève la tête car il aperçoit une lueur.
Albanie, 4h19 : dans un hôpital...
Chaque pays de la Terre, par ordre alphabétique. De six minutes en six minutes. Toute une humanité ordinaire.
Zimbabwe, 0h07 : douze hommes autour d'un feu, ce sont des bûcherons, leur chef se nomme Joseph.

Donc, voilà, Luc Pire (2017)
Donc voilà
C'est un essai. L'état des lieu d'une époque (la nôtre) dans laquelle je ne suis pas sûr de me trouver très à l'aise.
Alors j'y regarde, je note ce que je vois. Mais forcément, quand on remue le tapis, ça soulève de vieilles poussières.
C'est encore loin?, Luc Pire (2017)
c'est encore loin?
Trois gamines, trois soeurs, trois pestes de compétition, dans un vrai conte à l'ancienne, mais à ma façon.
Un roman pour enfants (de 8 à 12 ans, disons) et pour leurs parents qui ont envie de rire beaucoup!
La boîte en fer blanc, Luc Pire (2017)
boîte fer blanc
Un roman érotique, vrai de vrai. Avec un homme, une femme, et six fantasmes contenus dans une boîte en fer-blanc.
Six fantasmes étranges, intimes, déroutants...
Et la vaste et éternelle question : faut-il réaliser nos désirs? Bah, oui!
Quelque chose dans le ciel, Mijade, 2016
quelque chose dans le ciel



De nos jours, à Paris , un homme se livre à une petite blague.
Bon, c'est une blague délicate, ça touche à un domaine sensible: on sait que les djihadistes n'ont aucun humour.
Mais ce détail ne doit pas nous empêcher d'écrire encore des romans en liberté.
La Dyle noire, Luc Pire, 2015
dyle noire
Un polar! Ça faisait longtemps que je rêvais d'écrire un roman policier. L'éditrice de Luc Pire m'en a donné l'occasion.
C'est donc un texte de commande dont l'action se situe à Wavre en septembre 1944 : l'agent Firmin Bidoul est appelé sur les lieux d'un meurtre mais, en cette période désorganisée, l'appareil policier et judiciaire fait défaut. Il faudra que Bidoul se débrouille tout seul pour résoudre l'énigme.
Un polar léger, marrant parfois, que je considère avec tendresse.
Vingt centimes, Couleur livres, 2014
20 centimes
L'association Terre Nouvelle, à Mouscron, m'a demandé ce roman.
Et ce qui devait être au départ une commande s'est révélé un travail prenant, lumineux, élevé.
Lazarevic, un homme complètement démoli, sur le point de couler au fond de la détresse la plus sombre, voit se poser une main sur son épaule.
Et puis? Il m'a aidé, moi, ce roman...
Chaussée de Moscou, Weyrich, 2014
chaussée de Moscou
Un éloge de la pénombre, si on veut.
J'aime cette phrase: "Quelqu'un sait quelque chose que nous ne savons pas".
un village français, un maire qui regarde passer les saisons, des femmes qui se baladent à poil (j'adore) et un relent de fumée dans le fond de l'air.
Le ciel grince au bord de l'hiver.






Hope, Mijade,  2014
Hope

En automne 1952, dans le Wyoming... Ça faisait longtemps que j'avais envie de faire galoper un roman sous le grand ciel américain!
L'odeur des montagnes, du café, le calendrier des pin up dans le garage. Tout ce qu'il faut.
Et le grand désir accroché au coeur d'un jeune garçon.

Au coin de la rue des Amours, éditions Luc Pire, collection Roman de gare/Kiss and read, 2012

Roman de gare, roman populaire, roman d'amour, roman de commande. Oui.
Pas de quoi, pour autant, prendre les lecteurs pour des demi-sels. C'est un petit livre frais, déroutant, le genre de chose à lire le soir, sur une terrasse ou dans son lit.
Un roman d'amour, donc, accroché aux rues et aux nuits de La Louvière, avec un rien de tourment puis les étincelles de la clarté.

Sans dire un mot, Weyrich, collection La traversée, 2012

L'asbl Lire et écrire et les éditions Weyrich se sont associées pour produire cette collection très particulière : des romans accessibles à tout adulte, du lecteur débutant à l'amateur confirmé. Ici, un texte sobre comme une ligne claire, pur et droit comme un arc, sensuel et puissant : François revient d'avoir traversé les océans sur un bateau, il rejoint son pays, sa mère, la belle Sarah, et son père. Mais son ami Simon l'accompagne, un homme sombre et taiseux qui sera hébergé quelques jours au sein de la petite famille. Arrive ce qui doit arriver.

Onze!, Mijade, 2011

C’est un tout petit club de Flandre qui se retrouve en demi-finale d’une Coupe d’Europe, face à l’AC Milan.
C’est le choix d’une stratégie: onze hommes sur le terrain, côté flamand, et personne sur le banc.
Il n’y aura pas de remplacements.
C’est l’histoire d’un pari fou, d’une improbable rencontre entre David et Goliath.

Prix du roman belge Libbylit 2011
Prix RTS (Radio Télévision Suisse) Littérature Ados 2012
Finaliste du prix Farniente 2012
Finaliste du prix des lycéens de Gujan-Mestras 2012
Sélection Juke Box du Salon de Montreuil 2012

Une belle histoire d'amour qui finit bien, Robert Laffont, 2010.
Paul, Achille et Zoé, trois amis de longues dates, jouent à faire craquer des étincelles. La vie est belle quand on s'empare de la volupté, quand on ne craint pas ses désirs. Comme c'est vrai !
La vie commence au deuxième verre, nouvelles, Le Cri, 2009. *
Un recueil de douze nouvelles qui ont toutes en commun de faire figurer, quelque part, dans leurs pages, une femme nue.
  Le cantique des carabines, Mijade, 2009.
   Leonidas cultive des oignons, les plus beaux oignons de Sicile, et emmène son petit frère Ponce pour vendre une entière cargaison à Catane. Une charrette, le pas de la jument, des carabines et des brigands. Un roman de peines lourdes et de haute tendresse.
Les Poissons, Le cri, 2008. *

Un peu comme pour De l'univers, j'ai du mal à parler de ce livre. Ce qui est bon signe. Il commence huit mille ans avant Jésus-Christ, se poursuit à l'époque contemporaine et permet de suivre les très étranges tribulations d'un petit garçon qui traverse tout un continent, dans un train magnifique, pour retrouver son père qui est parti à la guerre. J'adore.
Carnaval à Fada N'Gourma, Iles de Paix et Couleur livres, 2007.
Ce sont les Iles de Paix qui m'ont adressé une commande : écrire un petit roman permettant de soulever les enjeux liés à la coopération au développement. Mais c'est un vrai roman, un roman africain, avec de vrais personnages très particuliers qui se débattent sous le soleil du Burkina Faso.
En haut de la Terre, Le Cri, 2007. *
Après Le grand jeu des courages de l'ours en Alaska et Le bestiaire de Rotterdam, Matias Hitiman, ayant accompli la mission qui lui avait été assignée, rentre chez lui avec l'ours, par le Nord. Mais de nouvelles histoires, remontées de la Rome antique, l'attendent, sous la forme de lanternes allumées vingt-et-un siècles plus tôt par Scipion l'Africain. Je suis très fier de cette trilogie !
De l'univers, Castor astral, 2005.
Que puis-je dire de ce roman ? L'histoire est celle d'un homme qui habite le village de Jaisnes, en Ardenne, et qui entreprend de construire un bateau pour aller, au Pôle Nord, à la recherche de nouvelles terres, de nouveaux peuples, et de Christophe Colomb. Mais tout est dans l'atmosphère, étrange et douce, de ce petit livre qui semble une météorite, et que j'aime beaucoup.
Derrière nous, Averbode, 2005.
On retrouve la Mme Pauline des Garçons, devenue prof dans une école bruxelloise, et imposant un travail de création à ses élèves : réaliser une vidéo basée sur un texte littéraire. Ah, ça va prendre la tangente, très loin.
La dernière du paquet, « Gael », 2004.
Un petit roman féminin, sensuel et doux, pour les lectrices du magazine Gael.
Le bestiaire de Rotterdam, Le cri, 2003. *
C'est la suite du Grand jeu des courages de l'ours en Alaska : on retrouve Matias Hitiman, et l'étrange mission que Laura lui a confiée sur le bord de la France.
Tombé du camion, Labor, 2003 (réédité par Mijade en 2008).
Tom vit sa vie de jeune adolescent insouciant, jusqu'à ce qu'il apprenne, le jour de ses seize ans, qu'il doit se soumettre à une étrange formalité, comme tous les jeunes gens qui atteignent cet âge. Inacceptable, pour lui. Mais comment refuser ce qu'une loi, démocratiquement votée, vous impose ?

Finaliste du prix Farniente 2003

La belle étoile, Castor Astral, 2002.

Ah, La belle étoile ! Du beau travail. Une guerre étrange s'est soulevée en Asie : quatre cent millions de chiens, d'horribles dogues, cavalent vers l'Est en dévastant tout ce qu'ils rencontrent. Rien ne les arrête. Ils repoussent devant eux des populations de réfugiés. Dans le petit port chinois de Lushun, bientôt, il ne reste qu'un moyen de fuir l'apocalypse : un cargo français, « La belle étoile », et ses douze marins.

Prix Rossel en 2002

Le tilleul de Stalingrad, Castor Astral, 2001.
Un recueil de nouvelles, avec des textes assez disparates.
Samuel est revenu, Le Cri, 2001. *

Trois frères, pendant la guerre de 14 : deux d'entre eux tombent sous les balles, et le troisième, à l'Armistice, rentre au village. Mais ce qu'il y découvre n'a pas grand-chose à envier à la violence du front.

Les bernaches cravant, Le Cri, 1999. *
Au départ, j'avais imaginé ce roman comme le pendant féminin des « Garçons » : trois filles, sur le bord de la Bretagne, aux prises avec des brûlures. C'est resté un peu vrai, mais l'histoire a pris son envol dans un ciel audacieux, très noir et très blanc.
La vie commence au deuxième verre, « La Libre Belgique »- Le Cri, 1998.
Un récit court qui sera republié onze ans plus tard dans le recueil du même nom.
Le grand jeu des courages de l'ours en Alaska, Le Cri, 1997. *
Le premier volume d'une fabuleuse trilogie ! Matias Hitiman a quinze ans. Il vit à San Francisco, en 1913, et reçoit un jour une lettre : « Matias Hitiman, je ne te connais pas, tu ne me connais pas, peu importe. Je t'appelle, tu viens. » Cette lettre, signée d'une mystérieuse Laura, vient de France. Mais elle ajoute : « Tu viens, mais tu ne franchiras aucune mer, aucun océan, car les mers et les océans sont remplis de tempêtes et de monstres matins qui feront l'amour avec ton cadavre. » Matias se met en route. Mais comment faire, pour rejoindre la France quand on habite en Californie et qu'on ne peut pas traverser la mer ou l'océan ?
Allez ! Allez !, L'école des loisirs, 1997 (prix Totem du roman du salon du livre de Montreuil, 1998).

 

Il est, parmi tous mes romans, l'un de ceux pour lesquels j'ai une tendresse particulière. Emile Mazagran a onze ans, et se met à la recherche de son père. Ce n'est pas tout, ça ne fait que commencer. Le reste, ah, le reste, c'est toute une histoire.

 

Victoria Bauer !, Le Cri, 1996. *
Lionel, passionné par la photographie, est aussi fasciné par Victoria Bauer, la  présentatrice du journal télévisé. Par un subterfuge adroit, il parvient à la rencontrer et à lui exprimer son désir : plus que tout, il rêve de la photographier. Victoria Bauer accepte, à condition que Lionel réussisse d'abord sept épreuves.

Ce roman a obtenu le prix des auditeurs de la RTBF, en 1997.
Pas de soleil en Alaska, Labor, collection « Espace Nord junior », 1996.
Ce roman résulte d'une commande de l'Agence de prévention du sida, qui voulait publier un texte permettant aux adolescents de se familiariser avec quelques questions relatives à cette épidémie. Une façon très romanesque d'aborder les choses.
La petite soeur du Bon Dieu, L'école des loisirs, 1995.
Un roman un peu dingue et drôle ! Lola, qui s'ennuie fermement dans sa petite ville du nord de la France, est recrutée par les services secrets français afin d'empêcher la dix-huitième guerre mondiale de se produire.
Too much, Le Cri, 1994. *
Premier volet d'une trilogie faisant évoluer trois femmes dans trois villes d'Europe, à trois moments très particuliers du XXème siècle. Ici, on est à Barcelone, en 1919.
Sur la terre, Le Cri, 1994. *
On aborde Budapest, en 1944, lors du siège de la ville par les Russes.
Comme au ciel, Le Cri, 1994. *
 Et l'on termine à Liverpool sur les rives de la Mersey, en 1994.
La petite rue Claire et Nette, L'école des loisirs, 1992.
Un cimetière a été outragé, profané, à Charleroi. L'enquête policière commence et, en parallèle, une belle et douce histoire se construit entre le gentil Rodrigue et la très belle Stéphanie. Quel rapport ? Aucun, à première vue & Le rouge, et le noir, allant leur route le long du roman.
Les foulards bleus, L'école des loisirs, 1990.
L'été, la prairie, une cinquantaine de jeunes filles allant camper sous la tente, et les mystérieux avatars qui surgissent derrière les murs d'une abbaye.
Les garçons, L'école des loisirs, 1990.
Ce roman (finaliste du prix Rossel en 1990 et lauréat du prix Maeterlinck en 1991) raconte l'histoire de trois amis, Quentin, Frédéric et & Arthur (dont le problème consiste dans le fait que son patronyme est « Rimbaud » - ce sont des choses qui arrivent - et que ses parents l'ont affublé d'un prénom difficile à porter). On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans et qu'on a pour professeur de français une délicieuse Mme Pauline, chargée d'emmener ses élèves sur les voies brûlantes de la poésie.
La nuit dans les yeux, Gallimard, 1989.
Ce volume comprend en réalité deux récits : La nuit dans les yeux est le journal intime d'un jeune garçon qui... Qui quoi ? Qui est atteint d'un mal étrange, à découvrir à la dernière page. Et Isabelle, après la grande grise est un petit roman court dont l'action se situe en Amérique, au temps des guerres d'indépendance.

D'autres livres


Un manifeste : De l'air !, Le Cri, 2005. *
 
un petit livre de campagne électorale : Est-ce que ce monde est sérieux ? Bruxelles, éditions Ecolo, 2003
Un livre de textes et de photographies, avec Marina Cox : La Belgique se raconte des histoires, Bruxelles, Labor, 2002
 
Un récit encadrant des chansons, avec cent enfants, Si ça nous chante, Bruxelles, éditions Labor & RTBF, collection Espace Nord junior,1999
 
Une monographie, avec Ioan Stefanut : Girda de Sus, Bruxelles, éditions de la Démocratie, collection « Au pays des villages roumains », 1996.
 

Un pamphlet : La guerre que je n'ai pas voulue, Bruxelles, De la démocratie, 1994.

 
Un essai, avec Anne-Marie Mercier : Marie Gevers, Bruxelles, éditions Labor, collection « Un livre, une oeuvre », 1987.
   
 
 
*Après une période d’interruption, ces douze titres publiés chez Le Cri édition sont à nouveau disponibles en librairies via Interforum (pour la Belgique) et la Sodis (pour la France). En cas de difficulté, nous vous prions d’adresser votre demande à lecri@skynet.be qui tâchera de trouver une solution.